Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De Guermaz

  • Le cercle des amis de Guermaz
  • Abdelkader Guermaz est un peintre non figuratif de la nouvelle Ecole de Paris,l'ainé de la génération des fondateurs de l'art algérien moderne.

Recherche

7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 09:40

Soudain  privé , en 1981 de la galerie  dont il a bénéficié  pendant plus de dix années, mais  aussi  du contact avec la critique qui l’a si bien compris et lui a consacré  tant de textes admirables,  Guermaz  poursuit son itinéraire spirituel et continue a faire évoluer son œuvre en célébrant l’unité de la matière et de l’esprit.

 

 Mais l’esprit est bien ce qu’il aspire à retrouver en lui.  A mesure qu’il progresse sur la voie de la sagesse, ses « paysages s’épurent. Les ensembles colorés s’y font plus rares. Un univers de roches mises a nu se dévoile et s’ouvre de proche en proche vers l’infini. De ses « paysages » il ne restera  bientôt  plus qu’ une grande  étendue de sable uniformément colorée de brun clair , dont la lumière blanche et bleutée, venue du ciel  comme de la terre, couronne chaque  ondulation....

 

 A ce moment même, il ne s’interdit pas de traduire d’autres états d’âme que la sérénité. Il se livre en effet a des recherches plastiques, se passionne pour la gravure et révèle dans ses œuvres sur papier son goût pour les jeux de matière, dont l’attrait est l’imprévisibilité du résultat et le caractère ésotérique des formes que le procédé fait naître.... .

 

 Dans ses œuvres des années  9O, il semble osciller entre deux partis comprenant  plus ou moins d’abstraction ou plus ou moins de couleur. Tantôt les signes colorés recouvrent tout l’espace de la toile et lui confèrent une vibration, un chatoiement et une vivacité toute musicale, tantôt ils en sont pratiquement absents  et la toile acquiert une grande sobriété, que vient seulement animer le contraste entre le blanc, qui la structure en des plans verticaux et horizontaux, et le fond uniformément coloré de brun clair ou d’un ton légèrement bleuté.

 

 Il arrive aussi qu’insensiblement,  l’artiste  ajoute a son œuvre  un détail, emprunté a la réalité, qui  la transforme, de son propre aveu,  en « paysage »,  telle Venise  posée sur la lagune et émergeant de la brume ....

 

 Dans ses toutes dernières créations, la vision du peintre sera totalement purifiée  et atteindra la plénitude de son  rayonnement. !   Guermaz sera  alors, selon  sa propre expression, «  à  l’image du  Cosmos ».

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 11:55

Au terme des années  6O ,une nouvelle orientation se fait jour dans la peinture de Guermaz. Il s’engage dans une démarche spirituelle et son pouvoir créateur prend sa source dans la méditation.

 

 

 

Le  silence est désormais pour lui créateur. Le vide devient un passage obligé dans la recherche de la lumière et de la plénitude. C’est en effet au terme d’un chemin aride et difficile ,qu’en méditant ,l’artiste parvient a trouver cette lumière, « divine et éthérée »,qu’il reflète et réfléchit dans son œuvre. Et pour bien nous en convaincre il ajoute : « Je suis le tableau et le tableau est mon rayonnement ». S’il est le tableau, c’est que celui-ci reflète son identité, son origine,le lien qui l’unit a tout l’univers et cette part d’infini ou d’absolu, de réalité transcendante ou de nature divine qu’il détient.

 

 

 

Les premières œuvres appartenant a cette période de son activité créatrice  sont précisément des toiles blanches,sans autre signe apparent qu’un travail de la matière en épaisseur qui anime la toile  et montre que le peintre ne renonce pas a ce qu’elles soient construites.

 

 

 

Dans d’autres œuvres , des signes surgissent bientôt du vide originel de la toile blanche et viennent peu a peu la peupler : ce sont d’abord des taches de couleur ponctuelles et isolées qui, bientôt, s’assemblent en de petits ensembles colorés contrastant avec le fond blanc Ces compositions  sont devenues des « paysages ».

 

 

 

Le créateur témoigne par des équivalences plastiques de la richesse d’inspiration qu’il puise dans ce « retour a l’origine » auquel il aspire , et donne  naissance a des territoires mythiques qui sont aussi, a n’en pas douter,des lieux de mémoire. Ils sont ,encore plus, le témoignage des pas  qu’il accomplit sur la voie de la sagesse et la preuve de son engagement spirituel.

 

 

 

Guermaz poursuivra encore quinze années son itinéraire spirituel ,dont la peinture est le témoignage et l’accomplissement ......

 

save 16/05/2015

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article