Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De Guermaz

  • Le cercle des amis de Guermaz
  • Abdelkader Guermaz est un peintre non figuratif de la nouvelle Ecole de Paris,l'ainé de la génération des fondateurs de l'art algérien moderne.

Recherche

17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 08:11

INFORMATION DE DENIERE HEURE

 

VENTE AUX ENCHERES DE DEUX TOILES DE GUERMAZ

REPORT AU 7 OCTOBRE 2013

DE LA VENTE A DROUOT ANNONCEE POUR LE 17 JUIN A 14H:

CHEZ DELETTREZ

 

ORIENTALISME ET ART ISLAMIQUE

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 18:46

ABDELKADER  GUERMAZ

 
Vente à Drouot  lundi 17 juin 2013 à 14H 30
 22 rue Drouot Paris 10ème
 
ORIENTALISME  - ISLAMIQUE
catalogue en vente
 Exposition samedi 15 et lundi 17 de 11h à 18h
 
Maison de vente   DELETTREZ

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 05:34

Cercle  des  Amis  de  Guermaz
Association  Loi   19O1

 

10 QUAI  HENRI  IV  -  75004  - PARIS
Tél. 01 42 78 47 14 
ey.phj@wanadoo.fr

   UNE  EXPOSITION  TRES  REUSSIE A  LA GALERIE  HEBERT
DU  30 MAI  AU  1er  JUILLET  2012
 
GUERMAZ,  PEINTURES  1961 - 1996
 … l’alliance du spirituel et du sensible…

 

 

Nous  devons  à la Galerie  Hebert  d’avoir fait découvrir ou redécouvrir au public
et  à la critique, durant tout le mois de juin,un très beau choix de toiles de Guermaz
que ses collectionneurs avaient généreusement prêtées .Certaines d’entre elles ,
mises en vente , l’ont été avec succès.

On sait que Guermaz fut l’un des fondateurs de la peinture algérienne moderne de tendance
abstraite  et un artiste  remarqué de la Nouvelle Ecole de Paris, où il s’est établi en 1961.
Ce sont précisément quelques unes de ses toiles  parisiennes, « compositions abstraites »
et « paysages » symboliques, qui ont été  présentées à l’exposition.

L’accueil qui leur a été réservé a été chaleureux, autant celui des Amis de Guermaz lors
du vernissage et de personnalités, que celui de  très nombreux visiteurs de toutes nationalités, étonnés, surpris,sous  le « charme » des toiles qu’ils découvraient, en passant , baignées de lumière dans la vitrine de la galerie ,avant de venir  apprécier l’accrochage qui mettait en valeur les différentes  périodes de l’œuvre du peintre.

Ils ont été sensibles à l’harmonie des couleurs, des lignes et des plans  qu’a toujours privilégiée Guermaz dans ses toiles, à la poésie des unes, au discours très construit
ou à la sobriété des autres,  à la subtilité et à la finesse de la touche, à la maîtrise de la matière, ainsi qu’à la transparence de la couche  picturale  qui en exalte la lumière….

Sans nul doute, cette  exposition fera date, comme l’ont fait aussi celles de 2009 et de 2010 organisées  à l’invitation du Centre Culturel Algérien et de Monsieur le Maire
du 1er arrondissement par le Cercle des Amis de Guermaz.

Que tous ceux qui ont contribué à son succès en soient vivement remerciés.

 

 

Pierre Rey

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 18:38

 

Juin 2012

 «   GUERMAZ : PEINDRE AU DELA DE L’HORIZON  »  

 

une conférence de Françoise Py , professeur d’Histoire de l’Art - Université Paris 8 dans le cadre du programme de conférences de l’Association pour l’Etude du Surréalisme qu’elle organise.

Halle Saint - Pierre le samedi 26 mai 2012

Cette conférence, faisait suite à celle que Renée Mabin a consacrée aux :
        Peintres surréalistes et abstraits autour de Charles Estienne

 

Il n’était pas indifférent que la présentation qu’a faite Françoise Py de l’œuvre de Guermaz soit précédée par celle de Renée Mabin de l’oeuvre des artistes surréalistes et abstraits réunis dans les années 40 et 50 autour de Charles Estienne.
Car Charles Estienne (1908 - 1966 ) , poète et critique d’art ,connu pour ses théories esthétiques ,fut aussi le « chantre » de l’abstraction lyrique.
On sait qu’à partir de 1955 Guermaz s’est orienté vers l’abstraction, et s’est illustré dans des Compositions abstraites , avant de peindre ,à partir de 1975,des « paysages symboliques ». 

-Dans la partie liminaire de sa conférence, Françoise Py a mis en écho l’œuvre de Guermaz avec celle des premières toiles du peintre surréaliste Tanguy ( 1900 -1955) et mis en exergue ce qu’elles ont en partage, objet , sources d’inspiration, représentations…:

 

- paysage mental
- espace métaphysique
- paysage irréel
- cosmogonie
- macrocosme et microcosme
- horizons multiples ou absence d’horizon
- travail sur l’espace et le temps
- travail sur la méditation
- formations rocheuses de l’Atlas
- vide et espaces arides
- lumière subjective…

 

-Elle a ensuite commenté la projection sur écran d’un diaporama de toiles de Guermaz appartenant aux périodes successives de son oeuvre:

 

-1940 -1955 : représentations d’un univers assez proche
Mouvement de la « Réalité Poétique » : Brianchon
- 1955 -1960 : orientation progressive vers l’abstraction -Cézanne - Ecole de Paris
-1961 -1968 : compositions abstraites, fruit de sa relation au monde la plus intérieure
des architectures ,des fenêtres,des essaims de couleurs
Klee:musique et peinture, Bissière, Ecole de Paris :Manessier,Vieira da Silva
-1968 - 1972 : engagement dans une démarche spirituelle :
la méditation source d’inspiration,
le silence porteur de lumière
toiles blanches : référence à Malevitch
importance de la matière picturale
le monde du commencement et de l’achèvement
- 1972-1975 : des signes envahissent la toile
premiers « paysages » abstraits 
construction , couleur
- 1975 -1996 : recherche d’un espace autre - ésotérisme
syncrétisme de toutes les spiritualités
élévation spirituelle
des « paysages » symboliques
des glaces,des falaises,un itinéraire à parcourir
l’ accomplissement d’une démarche spirituelle
de proche en proche vers l’infini
 l’ union de la matière et de l’esprit

vers des « paysages » de plus en plus épurés
toujours un paysage mental
le «désert intérieur  »
peu à peu l’esprit seul
le cosmos,espace intersidéral
une recherche d’ un outre- blanc
vers «  l’illumination »…

 

Un débat a ensuite .eu lieu dans lequel un intervenant a souligné l’importance qu’a eue, dans l’accomplissement de l’œuvre de Guermaz , l’évolution de sa relation au monde devenue progressivement de plus en plus spirituelle.

 

Il a également rappelé que Guermaz a été , aux côtés d’autres grands peintres algériens , Khadda , Benanteur et Ahsouh ,l’un des fondateurs de la peinture algérienne moderne de tendance abstraite ,mais aussi un acteur remarqué de la Nouvelle Ecole de Paris.

 

Des remerciements chaleureux ont été adressés à Françoise Py , au nom du public et du Cercle des Amis de Guermaz , ce remarquable exposé qui a fait progressé la connaissance de son œuvre.

 

Pierre Rey

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 10:52

Benamar Mediene :

Intellectuel algérien,professeur et critique d'art à Aix-en -Provence

Ancien directeur de l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger


 

 

Cher monsieur Pierre Rey,

 
 

Votre lettre m’a beaucoup touché. Merci d’y lire votre obstination à vouloir extirper de l’ombre les beautés nées de l’esprit et de la main d’Abdelkader Guermaz et à vouloir les montrer au monde. Elle me révèle et votre qualité poétique dans son écriture et l’humanisme.

Certaines lettres, la vôtre en particulier, provoquent ce que j’appelle des effets de miroir et surprennent le lecteur d’y trouver ses propres sentiments et interrogations. On peut ne pas bien se connaître, et soudain se reconnaître dans une fraternité de signes, dans l’expression d’un sentiment singulier qui dépasse la personne et rejoint l’humain pluriel par et dans le langage parlé dans la vaste patrie des peintres où réside Guermaz.

La plus grande des injustices qu’un artiste peut subir est celle de l’oubli ou de l’évitement, comme s’il était condamné à la perpétuelle condition de soutier ou de taupe qui creuse, creuse encore sans jamais voir la lumière du jour. Mais pour la taupe l’obscurité est sa condition d’être. L’artiste, lui, se bat contre l’aveuglement des autres, les vivants. Et dans ‘’le monde de l’art’’ contemporain, le marché a vaincu le goût, laminé le désir et le plaisir de voir et dégradé l’œuvre à sa seule valeur marchande.

Il y a dans la perception des œuvres de Guermaz une étrange et paradoxale admiration : celle qui naît dans et par le regard de l’esprit qui saisit l’éclair d’éternité dans l’aléatoire ; celle qui se constitue dans une lecture picturale dictée par le cerveau, qui, lui, interprète en référence à des codes, à des modes déjà là. Dans la vision spirituelle, l’admiration est étonnement, parce que Guermaz est étonné, frappé d’une perplexité (le mot arabe el hyara utilisé par Ibn Arabi est plus fort, plus juste). Elle le fait vaciller, l’élève et le ramène à la contingence des choses qu’il doit nous dire dans le silence des formes et des couleurs. Alors notre regard accroché à la surface de l’œuvre s’insinue dans sa profondeur, la transfigure, et en lui, se révèle le sens caché.

La strophe du poème de Roger Dadoun notée dans les feuillets que vous m’avez envoyés sonne comme une pièce musicale en accord avec la gamme guermazienne.
Lisez cette cascade de paroles prononcées, il y a plus de mille ans, par El Hallaj. Abolition du temps. Concordance des rythmes dans la chair vive de l’histoire, au dessus de l’histoire.
Il me semble qu’El Hallaj et Guermaz se sont rencontrés quelque part.
 
    « C’est le recueillement, puis le silence ; puis l’aphasie et la connaissance ; puis la découverte ; puis la mise à nu.
Et c’est l’argile, puis le feu, puis la clarté et le froid ; puis l’ombre et le soleil.
Et c’est la rocaille, puis la plaine : puis le désert, et le fleuve ; puis la crue ; puis la grève.
Et c’est l’ivresse, puis le dégrisement ; puis le désir, et l’approche ; puis la jonction ; puis la joie.
Et c’est l’étreinte, puis la détente ; puis la disparition ; puis l’union ; puis la calcination.
Et c’est la transe, puis le rappel ; puis l’attraction et la conformation ; puis l’apparition ; puis l’investiture. »
Poème traduit par Louis Massignon.
Bien à vous.
Benamar Mediene.


Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 18:11

 

CERCLE des AMIS de GUERMAZ

Association Loi 1901

 

 

UNE EXPOSITION GUERMAZ A LA GALERIE HEBERT

du 30 mai au 1er juillet 2012

 

 

GUERMAZ , PEINTURES 1961-1996

… l’alliance du spirituel et du sensible…

 

 

L’exposition Guermaz qui se tiendra en juin 2012 à la Galerie Hebert permettra au public et à la critique de découvrir ou de redécouvrir un choix d’oeuvres de Guermaz , auquel avaient rendu hommage, en 2009 et en 2010, le Centre Culturel Algérien et la Mairie du 1er arrondissement de Paris.

 

 

 

Quelques repères

 

Né à Mascara (Algérie) en 1919 et mort à Paris en 1996

Un des fondateurs de l’art algérien moderne

Peintre non-figuratif de la Nouvelle Ecole de Paris

Expositions personnelles et de groupe- Salons internationaux

Reconnaissance de la critique, du public et des institutions muséales

Collections publiques et privées de par le monde

 

 

 

 

Pour GUERMAZ l’œuvre et la vie intérieure ne font qu’un, si tant est qu’il a maintes fois donné libre cours à son goût de la recherche et à son plaisir de peindre...

 

Dans ses premières œuvres il transfigure la réalité du monde qui l’entoure par la poésie,

 

puis reflète,dans des «compositions abstraites », les émotions et les sensations qu’il éprouve à son contact, usant du seul vocabulaire plastique, lignes,formes couleurs…

 

Il s’engagera bientôt dans une démarche spirituelle à la recherche de la lumière, et s’il semble alors être en retrait du monde, il a l’intime conviction d’y appartenir tout entier et de détenir en lui une part de l’univers .Aussi puise t’il désormais son inspiration dans la méditation.

 

Dans une dialectique du vide et du plein, l’espace de la toile se peuple de signes, se délimite et se construit, des plans se dessinent et des reliefs s’ouvrent sur l’horizon du ciel, qui donnent naissance à des « paysages »de nature symbolique, où il célèbre l’alliance du spirituel et du sensible.

 

L’harmonie de ses compositions empreintes de musicalité, la transparence de la couche picturale qui exalte la lumière et confère à l’œuvre un caractère métaphysique, la subtilité

 

et la finesse de la touche et les jeux de matière qui concourent à l’élaboration de la forme, démontrent, à l’évidence,que le« métier » permet à l’œuvre de tenir toutes ses promesses en se faisant l’allié de l’esprit.

 

 

Pierre Rey Guermaz sur internet :

 

sites internet : www .proscenium.ch et www.guermaz.com

blog : http://guermaz.over-blog.com/

wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Abdelkader_Guermaz

 

 

Galerie Hebert 18, rue du Pont Louis Philippe 75004 Paris du mercredi au dimanche 14 à 19h

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 14:29

Dans les années 1980-1995, Guermaz tourne obstinément son regard de voyant vers les astres – et voici qu’en notre imaginaire s’exclame la chute obsédante du poème saturé de « L’Azur » de Mallarmé : « L’Azur ! L’Azur ! L’Azur ! L’Azur », soulevant cette équivalente obsession de Guermaz : L’éther ! l’éther ! l’éther ! l’éther ! De Horizons éthériques, 1980, à Astral conceptuel III, 1995, le concept d’éther est fouillé, empoigné, sommé de produire les formes adéquates, de se réfracter en figures (compositions en pans ou bandes juxtaposés dans leur quant-à-soi, travail des bleus gris jaunes « éthérés » qui semblent dériver nonchalament vers une commune dissolution) qui puissent nommer dans une même Vibration (« Frétillement » est utilisé par mégarde, il ne fait pas le poids) l’ici-bas auquel l’artiste est viscéralement attaché (blocs de densité couleurs-géométrisme fermement logés au centre du tableau) et l’au-delà qui dans sa propre tête s’étend en infinis distendus et galaxies spirituelles.

Ne lui aurait pas déplu, croyons-nous, le terme d’ « éthérance » pour désigner à la fois son obsession et les exécutions magistrales (maître Guermaz !) qui la développent et la transcendent. Ses « éthers », pour titrer cette série d’œuvres, sont de ceux qui à la fois disent le simple ciel verlainien au-dessus de notre tête (éthers entre’aperçus parfois dans un suspens gracieux de nuages), les cieux-cobayes que pourchassent les énormes yeux astronomes braqués, et les flous et communs « éthers » où vont s’égarant, espérant s’y retrouver, les cosmologies tant scientifiques que philosophiques ou gnostiques.

Errances dans l’Espace-temps : non celui breveté Einstein, mais celui, fugace, après lequel court le peintre qui le crée avec ses couleurs à lui, sa saisie consciente et inconsciente de la réalité, ses conceptions surréelles. Pérégrinations de Guermaz l’urbain en quête des points, lignes, plans propices à la prise médusante du tableau – viennent-ils du ciel ou de la terre ? Il nous faut errer avec lui – cela se dirait, en latin cuisiné franco : errer humanum est. Errer avec Guermaz - co-errer- dans les grandes largeurs de ses toiles. Inquiète, vibratile, notre co-errance se fait, dans l’alliance joutante du voir et du vu, sereine et ironique cohérence guermazienne.





Roger Dadoun
Mars 2012

 

 

 

 

Quelques références :
Astral conceptuel III, 199
Vibration thématique, 1993
Cristallisations cosmiques, 1981
Espace temps fugace, 1984
Vision planétaire, 1985
Horizons éthériques, 1980
Vibrations astrales, 1981

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 15:44

Un article de M. Harry Bellet  publié par le journal Le Monde du 6 janvier 2012
Source des données : la Société   Artprice  fin 2011.   



« Selon la société Artprice, base de données et d’analyse spécialisée,  « l’année 2011 aura été la plus prolifique  jamais observée sur le marché de l’art (qui) a connu une hausse de ses volumes de 15% ».


Le mérite reviendrait « à la spectaculaire émergence de l’Asie, menée
par la Chine ,amorcée en 2007 et couronnée en 2010 ,année où la Chine devient alors
la  première place de marché mondiale »


 Avec une part de moitié avoisinant les 39% sur les chiffres préliminaires,c’est un gain de 6 points par rapport à  2010 et une hausse
du produit des ventes en Chine de 32%.


Les Etats-Unis arrivent en deuxième position avec25% du produit des ventes mondiales et un volume de ventes stable par rapport à 2010.


La Grande Bretagne est à la troisième place du marché, dont elle représente 20%,avec un chiffre d’affaires en augmentation de 20 % sur le douze derniers mois.


On note 5 à 7 % de hausse des volumes en France, qui se situe en quatrième position avec
entre 4,5 et 5 % de part de marché .



Le marché est cependant équilibré, car si l’attention se porte sur le très haut de gamme,
70% des lots se vendent à moins de 5000 dollars (3868 euros).

Des chiffres à nuancer car ils ne prennent en compte que les ventes aux enchères publiques.
Les ventes en galerie ou par courtage représenteraient au moins autant,mais sont peu pratiquées en Chine ».
 

 

Ha.B.

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 15:57

20 décembre 2011


GUERMAZ  1919  - 1996   SUR LA VOIE  DE  LA RECONNAISSANCE 
        Peintre non- figuratif algérien de la Nouvelle Ecole de Paris


 
C’est justice, car reconnu naguère par les meilleurs critiques des années 60 à 80
comme un des artistes modernes d’expression abstraite les plus  talentueux et des plus inspirés, situé  à la convergence de l’art occidental  et de la tradition  maghrébine ,
il  s’était fait peu à peu oublier,préférant l’accomplissement de son œuvre dans une double démarche picturale et spirituelle  à la lumière des galeries …
 
Son œuvre avait acquis naguère une grande visibilité en Algérie de 45 à 60,
et  il s’était imposé  à Paris où il s’établit en 1961,  dans des expositions de groupe
avec ses amis peintres algériens  de la génération des « années 30 » ,au musée des Arts Décoratifs ,dans les Salons, puis continûment à la galerie Entremonde pendant les années 70.
 
Le public, séduit par ses immenses qualités de peintre, lui a su gré de lui faire partager l’émotion qu’il a éprouvée au contact du monde , de lui avoir permis d’entrevoir cette lumière « divine et éthérée » qu’il a  puisée au plus profond de lui-même…
 
Rien d’étonnant à ce que son œuvre soit entrée dans un grand  nombre de collections publiques, les musées d’Alger et d’Oran,le Centre Culturel Algérien.,le Fonds Municipal d’Art Contemporain,le Fonds national Contemporain et L’Institut du Monde Arabe,et dans maintes collections privées en France ,dans beaucoup de pays d’Europe,au Canada,
aux Etats-Unis,en Iran,au Japon et au Moyen-Orient.

Mais si Guermaz s’était fait peu à peu oublier,des voix se sont très tôt fait entendre dans le cercle d’éminents artistes,critiques et historiens d’art algériens pour souligner l’urgence de lui rendre justice,comme nous l’a rappelé Michel-Georges Bernard.

Auprès de ses amis et admirateurs s’est vite imposé cet impératif de mieux connaître son œuvre et de lui faire retrouver sa notoriété.

En témoignent, au tournant de ce siècle, nombre d’articles et d’études critiques publiés dont rend compte une bibliographie complète, de colloques et d’expositions organisés  dont celle que l’on doit à l’ADEIAO »en 2003 dans le cadre de « Une Année de l’Algérie en France ».

Aujourd’hui l’objectif du Cercle des Amis de Guermaz,est bien de redonner à l’œuvre de Guermaz la visibilité qu’elle mérite, avec le concours de ses collectionneurs ,des institutions qui ont été ses partenaires et de celui de personnalités éminentes et d’ores et déjà, ont été réalisées
- la publication en 2009 d’une Monographie et d’un Essai consacrés à Guermaz.,
-l’organisation de réunions d’Hommage à Guermaz et des expositions de 2009 et 2010,
- un bilan positif des actions entreprises en 2011 remarqué ainsi qu’un programme d’actions établi pour 2012,dont les points forts seront le complément donné au catalogue de l’œuvre de Guermaz et l’organisation d’une exposition Guermaz dans une galerie à Paris en juin.


Ajoutons que la vente d’un tableau de Guermaz chez Christie’s en novembre 2011,qui sera renouvelée en novembre 2012 peut être considérée comme un signe prometteur .

Saluons en l’augure.                                                    

Pierre Rey



Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 11:29

VENTE AUX ENCHERES CHEZ CHRISTIE’S D’UN TABLEAU DE GUERMAZ

LE  4  NOVEMBRE  2011



extrait  du site de Christie’s :  www.christie.com




Abdelkader  Guermaz   (Algérie, Mascara 1919- 1996  Paris )

Titre :   Rêve
Signé Guermaz en bas à droite
Huile sur toile
73,5  x  92,5 cm
Date : 1975


Vente 1014   De l’Orientalisme à l’art contemporain  
Lot 96

Estimation par Christie’s dans le catalogue : 12000  -18000 €  
Prix réalisé : 12000 € hors frais de 25 % pour l’acheteur
Prix frais compris :15000 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article