Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De Guermaz

  • Le cercle des amis de Guermaz
  • Abdelkader Guermaz est un peintre non figuratif de la nouvelle Ecole de Paris,l'ainé de la génération des fondateurs de l'art algérien moderne.

Recherche

2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 09:14

 

ABDELKADER   GUERMAZ   ( 1919-1996)

 

Peintre  algérien  non-figuratif de la Nouvelle  Ecole de Paris

-peintre -aquarelliste -graveur- créateur de cartons de tapisserie-

 

 

1- BIOGRAPHIE

 

 

        Né le 13 mai 1919 à Mascara- Algérie- décédé  à Paris  le 9 aoùt 1996.

        Adolescence à Oran -dons et dispositions artistiques précoces .

        Ecole des Beaux- Arts d'Oran  -1938-1940

        Nommé Professeur   de dessin  -1960

        Sera  peintre , poète et critique d'art

        Actif à Oran de 1940 à 1961 et à Paris de 1961 à 1996

 

        Guermaz, figure historique de la peinture algérienne de la 2ème moitié du XXème  siècle

        Acteur du Mouvement abstrait algérien

        Un des fondateurs de la peinture algérienne moderne : « génération de 1930 »

 

        Reconnu comme un des grands adeptes de l'Abstraction Lyrique en France

       Très élogieuse réception de l'œuvre par la critique et fidèle attachement du public

 

        Contact toujours maintenu de Paris avec l'Algérie- fréquentes expositions à Alger

 

        Une œuvre présente dans les musées -Alger- Oran - Paris

        Très nombreuses collections privées : Europe- Amérique du Nord -Asie- Moyen-Orient

 

 

2- CARRIERE

 

 

         Remarqué en 1941 par Robert Martin  , fondateur de la galerie Colline  à Oran

         Nombreuses expositions de groupe dans cette galerie de 1941 à 1961

         Participation à « Panorama de la Peinture en France de Picasso à Bernard Buffet »

         1951-Biennale de Menton

         1961-une grande fresque abstraite pour le Conseil Général de Mostaganem

 

         1961-Guermaz s'établit à Paris au 26 Quai du Louvre-il y travaillera pendant  35 ans

         1962 et 1963 :expositions collectives dans la nouvelle galerie de Robert Martin

 

         Guermaz retrouve à Paris les peintres algériens ou européens qui l'y ont précédé

         Développement parallèle d'une recherche qui leur permettra de découvrir

         les  possibilités de revenir à leurs propres racines

         1963 :galerie Le Gouvernail «Dix Peintres du Maghreb »

         1964 :Musée des Arts Décoratifs « Peintre algériens »

         1966 :galerie  Peintres du Monde « Six peintres du Maghreb »

 

 

         Guermaz maintient le contact avec l'Algérie

         1963 :Musée des Beaux-Arts d'Alger « Peintres algériens »

         1964 et 1974 : Salons de l'UNAP , Alger

         1964 : « Galerie 54 » Jean Sénac,  Alger

         1966 : « Galerie de l'UNAP » : « Reflets et Promesses », Alger

         1986 :Palais de la Culture à Alger : « Peinture Algérienne Contemporaine »

 

          Expositions de groupe en France

          1962-1972 : Salons parisiens

          1967 : « Semaines Musicales » ,Orléans

          1971 : Orangerie du Luxembourg , Paris

          1973  :Galerie  Entremonde , Paris

          2003 :Villeneuve-sur-Lot : Musée de Gajac : « Mère Algérie, Couleurs du Sud »

                     Nantes : Galerie  Cosmopolis : « Algérie , peintres d'aujourd'hui »

          2004    :Paris :Espace Auteuil : « Comparaisons »

 

 

 

 

          Expositions personnelles

          1960 :Mostaganem :Galerie Sésame

          1963 :Paris :Galerie M.J. Dumay

          1974-1981    :Paris :sept expositions Galerie Entremonde

          2003    Paris :ADEIAO :Maison des Sciences de l'Homme

                             « Algérie  ,Lumières du Sud II »

 

 

 

         Salons internationaux

         1973 :Tokyo :Salon des Arts Plastiques

         1974 :Téhéran :Exposition internationale des Arts

         1980 :Tunis :Exposition « Art Arabe Contemporain »

         1981 :Londres :Salon international

 

 

 

3-  ETAPES DE L'ŒUVRE -CONCEPTION  DE  L'ART

 

         Unité de l'œuvre au travers de ses différentes étapes  s'exprimant dans le regard

         que l'artiste porte sur le monde et le choix qu'il fait de ses moyens plastiques.

 

        De 1940 à 1955 : partage de la conception de l'art des Peintres de la Réalité Poétique 

        -chef de file Brianchon - réel et figuration transfigurés par la poésie.

        scènes d'extérieur et d'intérieur- natures mortes.

        solide construction- harmonieux équilibre des couleurs- fraîcheur et distinction.

 

 

        1955 : orientation progressive vers l'abstraction, comme ses amis peintres algériens

        attentifs à l'évolution de la peinture parisienne , le seul langage  qui leur permette de

        retrouver leurs propres racines .

        1961 : premier grand témoignage de son adhésion au Mouvement abstrait : sa grande

        fresque pour le Conseil Général de Mostaganem, suivie de ses « Compositions

        abstraites » présentées à Paris dans les années 60.

        L'artiste s'éloigne de la représentation du monde pour mieux être à son unisson

        et mieux exprimer les sensations et les émotions qu'il éprouve au contact du monde.

.       Axes verticaux formant avec des lignes horizontales : une sorte de « tissage » dans lequel

       viennent s'insérer une infinité de taches de couleur.

 

 

 

       Au terme des années 60 et années 70 :l'œuvre prend un tournant décisif : son œuvre

       prend alors un caractère contemplatif prémonitoire. Imprégné de culture  occidentale ,

       il est resté un oriental.

       Son pouvoir créateur prend sa source dans la méditation , comme chez maints artistes et

       écrivains  maghrébins Il trouve en lui cette lumière «  divine et éthérique » qu'il reflète

       et  réfléchit dans son œuvre. « Je suis le tableau et le tableau est  mon  rayonnement  . »

 

      Les premières toiles de cette période  sont  uniformément blanches. Mais , un peu plus tard, des « signes » colorés surgissent de ce vide originel et viennent  peu à peu le peupler .L'espace vierge se délimite et se construit, des plans apparaissent où prennent  place des reliefs qui s'ouvrent sur l'horizon du ciel.                                                                                                                                                                                                                                   .

 

       Ces « compositions »,sont  devenues des « paysages ». Lieux de mémoire ou lieux 

       « mythiques », ces paysages  sont plus encore les premiers pas qu'il accomplit sur la voie

       de la sagesse. Preuve de son engagement spirituel , ils sont de nature symbolique.

       Guermaz célèbre l'unité de la matière et de l'esprit. Mais l'esprit est bien ce qu'il aspire à

       retrouver en lui. Peu à peu ses « paysages » s'épurent. Un univers de roches mises à nu

       se dévoile et s'ouvre de proche en proche vers l'infini..

 

      De la transfiguration de la réalité de ses premières œuvres à l'expression de la spiritualité

      la plus profonde incarnée dans le monde , il n'y a qu'un pas que nous franchissons pour

      en découvrir l'unité .

 

 

4-  RECEPTION DE L'ŒUVRE

 

     La critique a su admirablement discerner le sens que l'artiste a voulu donner à sa double

     démarche  picturale et spirituelle.

 

      Sélection d' articles et études critiques :

 

      CRUCK Eugène « Voici un jeune peintre , qui malgré sa grande modestie,atteindra la           

      notoriété avant peu de temps »,L'Echo d'Oran, vs 1945.

      L.R.,MARTIN Robert, « ...une solide construction,un harmonieux équilibre des

      couleurs , une fraîcheur et une distinction... »,Oran Républicain,1958.

      DESCLAUX Michel, «...avec patience, il poursuit depuis plusieurs années une recherche

      originale qui ne tolère aucune concession à la facilité, au frivole ,au goût du jour... »,

      Oran Républicain, 1960.

      S.n., « Les expositions- Un peintre musicien et trois musiciens -peintres exposent Salle

      Péguy...», Semaines Musicales d'Orléans ,La République du Centre,11février 1969.

      ELGAR Franck, « Peinture à l'Orangerie du Luxembourg », « ...on pourrait classer

      Guermaz parmi les meilleurs adeptes de l'abstraction lyrique... »,Carrefour, 25 août  1971.

      REMY Rêva, « Guermaz », «  Quel recueillement, quel silence contemplatif dans les

      œuvres de Guermaz, qui est entré en peinture comme on rentre en religion... » s.l .vs 1972.

      COTTAZ Maurice, « Guermaz », « Un peintre qui sait s'affranchir de la soumission     

      formelle du sujet... »s.l  1976.

      DUNOYER Jean-Marie, « Un réel crée de toutes pièces », « un royaume pacifié...qui vit

      loin de toute agitation au rythme de l'univers...,Le Monde,15janvier 1977.

     WARNOD Jeannine, « Guermaz », « Guermaz nous offre l évasion et le silence ».

      Le Figaro, 22janvier 1977.

      BOSQUET Alain, « Le mystère familier de Guermaz » :Dépliant de l'exposition    

      « Guermaz »à la galerie Entremonde, Paris,1977.

      TAPIE Michel, « Au peintre Guermaz en amicale et artistique admiration » :dépliant

     de l'exposition « Guermaz »à la galerie Entremonde, Paris ,1978.

      DUNOYER Jean-Marie, « Transmutation des valeurs », «...un cosmos de soleils

      intérieurs... », Le Monde, 15-16janvier 1979.

      DADOUN Roger, « Guermaz », « ...Guermaz...trace ses sentiers de méditation sur

     d'immenses  plages d'univers... », La Quinzaine littéraire,no 318, 15 janvier 1981.

      HADJARI O., « Guermaz, l'aîné- briser le silence »,Ruptures ,no 15, 20 au 26 avril 1993.

      Dossier Guermaz, Algérie Littérature/Action,no49-50,Paris,mars -avril 2001

      REY Pierre, « Retrouver Guermaz ».

      BERNARD Michel -Georges, « Guermaz, voyage au pays de la lumière ».

      DADOUN Roger, « Voir Guermaz ».

 

 

     REY Pierre ,Essai « Guermaz (1919-1996) Peintre du silence et de la lumière »,2002,non

     publié,mis à jour 2008,en cours d'édition.

     DADOUN Roger,« Abdelkader Guermaz- Blancs silences sur mate splendeur du monde »,

     Colloque Mémoire de la Méditerranée, Paris ,Sorbonne,14 novembre 2001.

     REY Pierre, « Guermaz à la conquête du cosmos »,Algérie Littérature/Action,no 65-66,

     novembre -  décembre 2002.

     HARAMBOURG Lydia, « Les mirages crées par Guermaz »,La Gazette de l'Hôtel Drouot

     no 19,16 mai 2003.

     DADOUN Roger, « Guermaz l'Admirable »,Cultures en mouvement,no 58,juin 2003.

 

 

 

     Sélection d'articles et d'ouvrages généraux :

 

     BOUABDELLAH Malika, « La Peinture par les mots »,Musée des Beaux-Arts d'Alger,

     Alger, 1994.

     BERNARD Michel- Georges, « Les peintres algériens du signe »,Catalogue de l'exposition

     «   Peintres  algériens du signe »,Fête de l'Humanité,La  Courneuve, 1998.

     BERNARD Michel- Georges, « Algérie :peintres des deux rives »,Artension ,no 10,

     mars-avril 2003.

     BERNARD Michel- Georges,« Lumières et signes-la peinture en Algérie »,Europe,81éme  

     année, no Hors série,novembre 2003.

     « Le XXe siècle dans l'art algérien »,coédition :aica-press/AFAA,Paris,2003(textes de

     Ramon Tio Bellido  ,Malika Dorbani  Bouabdellah ,Dalila Mohammed Orfali ).

 

 

 

                                                          x                                 x

 

 

 

                                                                             x

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Le cercle des amis de Guermaz - dans actualités
commenter cet article

commentaires